• Roxane Ruvel

VJING VS ARCHITECTURE

Zoom sur Warius / Mêler performance visuelle et design architectural dans la sphère de la musique électronique

 

En parallèle de ses études d’architecture, Warius pratique l’art du Vjing. Cet art en deux étapes consiste à créer ses palettes vidéographiques avant de les mixer en live lors d’éventements. Projetées derrière le Dj et synchronisées sur le live set, ses performances vous feront plonger dans un univers 3D épileptique. Une balade immersive dans une atmosphère surréaliste parsemée de structures architecturales.


FICHE D'IDENTITÉ 

Pseudo : Warius
Prénom : Marius
Nom : Proust
Age : 23 
Étude : Architecture / L3
École : ENSAPbx
Facebook| Insta| Booking| Youtube

Centres d’intérêts : 
Musique, événementiel, architecture 

 

APERÇU DE SON TRAVAIL

 



 

SOMMAIRE DE L'ARTICLE

 
  1. Aperçu de son travail

  2. Glossaire de l'article

  3. Questions/Réponses

  4. Aperçu de son travail : la suite

 

GLOSSAIRE


  • Vjing : VJ est l’abréviation du mot Visual Jockey ou Video Jockey. C’est la création et/ou manipulation de l'image via la médiation technologique en live, le tout synchronisé avec de la musique.

  • Mapping vidéo : technologie multimédia permettant de projeter de la lumière ou des vidéos sur des volumes, de recréer des images de grande taille sur des structures en relief, tels des monuments, ou de recréer des univers à 360°.

  • Motion designer : métier du secteur de production graphique intégrant à la fois de la vidéo, de l'animation 2D et 3D, des effets spéciaux, du son, du texte…


 

QUESTIONS / RÉPONSES

 

D’où est né ton intérêt pour le Vjing, l’architecture ? 

Architecture : ça a toujours été depuis petit, j’ai fait un bac pro assistant archi, mais n’ayant pas réussi à rentrer directement en école, j’ai fait une MANAA (Mise à Niveau en Arts Appliqués) et un BTS design de l’espace avant d’intégrer l’école il y a 2 ans.

Vijing : ça a surtout été la rencontre d’une personne qui m’a fait connaître la musique électronique, avant j’écoutais principalement du rap. J’ai aussi découvert le monde de l'événementiel lors d’un voyage à Berlin et à la suite de ça, on a créé l’association de musique Microondes avec 6 potes. Au début, j’étais à la com, car je maîtrisais les logiciels comme Indesign ou Photoshop. Mon pote qui s’occupait des montages vidéos en parallèle de ses mixs, m’a demandé de prendre sa place lors d’une soirée et par la suite, j’ai fait ça à chaque fois. C’étaient principalement des montages Youtube, mais après, j’ai évolué dans mes logiciels de rendu de projets d’architecture. Je me suis dit : Pourquoi ces logiciels d’archis ne me serviraient pas pour des rendus visuels ? J’ai bidouillé et j’ai commencé à me créer un catalogue visuel à la place des montages Youtube.



Qu’est-ce qui t’as vraiment fait évoluer dans ta technique de Vjing ?


Pendant le 1er confinement, j’ai appris à me servir de Resolume Arena, un logiciel de mixage vidéo que j’ai compris un peu sur le tas. À la fin du confinement, j’ai montré le logiciel à un pote qui faisait des lives musicaux.

APC40 branché sur resolume arena



On a branché Resolume Arena à une APC40 (machine de live) et ça a fonctionné. L’été suivant, je faisais du Vjing gratuitement en teuf.






        C’est quoi tes projets du moment ? Ton projet préféré ?               Celui qui t’a lancé ?


Le projet du moment : le Sensitive Festival #2 (08/21) qu’on a organisé avec l’association Microondes. C’était la première édition où on décidait de placer le Vj sur scène avec le Dj. C’était super intense, mais ce n'était que du plaisir.


Celui qui t’a lancé : c’étaient surtout les trois ans en association à rencontrer des gens qui partagent les mêmes passions que toi, surtout sur Toulouse et en soirée. Le bouche à oreille fait son travail. Je me suis fait repéré en teuf par une agence d’événementielle (BLR) qui ont vu ce que je faisais et 2/3 mois après ils m’ont proposé de s’occuper de ma diffusion en tant qu’artiste. Ils m’aident à trouver des contrats et à éviter les arnaques (papier-assurance et rémunération honnête). Avec eux, j’ai pu participé au Bel Air festival, qui se déroulait début juillet 2021.



Quelles sont tes inspirations ? 

Architecture : le style Hi-tech et le collectif britannique archigram qui fait principalement des peintures, des collages utopiques et futuristes inspirés de la science-fiction et de la BD.

Vjing : un Vj motion designer et un musicien qui forment le collectif FEMUR. Ils réalisent des performances audio-visuelles avec un style « RAVE et des sonorités industrielles, voyageant entre une techno crue et un hardcore aussi entrainants que grinçants. » Ils font aussi de la scénographie et du graphisme. Ils sont trop forts !

Et en ce moment, je prépare mes dossiers pour faire un stage chez 1024 architectures, deux architectes diplômés de Strasbourg qui de base avait une asso de musique (les deux sont Dj). Maintenant, ils font de la scénographie, des events, des installations éphémères. Ils créent des architectures puis les font vivre avec des lumières. C’est une de mes références de mapping. Pour les Bordelais, vous pouvez voir leur travail au Darwin Eco-système, pour qui ils ont conçu le projet VORTEX. (ci-dessous)




Est-ce que le Vjing t’apportes un plus pour tes études d’architecture ?  
Et inversement ?

Oui, parce que dans mes études, je peux tester des trucs et j’essaie de le faire le plus possible. Mon objectif serait de créer des structures architecturales et de projeter par-dessus. Aussi, j’utilise mes rendus et les projets que j’ai réalisés en archi lors de ma L1 et ma L2 et je réutilise les modélisations 3D.



Quelles perspectives as-tu de ta vie professionnelle ? Vj, architecte, les deux, ou tout à fait autre chose ?

Dans l’idéal, j’aimerais faire les deux. À mi-temps en agence d’archi pour payer mon loyer ect... et à côté continuer le Vjing et l’aventure avec l’association Microondes. J’aime créer des événements pour les autres : tu leurs donnes du plaisir et tu partages aussi avec eux les artistes que tu aimes et que tu fais venir aux évents.


Qu’est-ce que tu conseillerais à ceux qui aimerait se lancer dans le Vjing?

Il faut aimer les logiciels sinon je pense que ça sert à rien. Il faut se lancer et essayer. J’ai jamais eu personne pour me montrer comment faire et j’apprends encore. Il faut s’y mettre, démarcher des assos, des amis, pour avoir des avis et savoir si ça peut aboutir sur quelque chose.


Un truc que tu souhaites ajouter ?

Prochaine date le 27 septembre sur Toulouse : le JAVA festival revient pour la 2e édition :)



 

APERCU DU TRAVAIL : LA SUITE